mardi 20 janvier 2015

Qui est Jena Fairchild?

J'ai cru que ce serait bien un peu de vous la présenter, puisqu'il s'agit du personnage principal d'une série qui fera au-dessus de 1000 pages... Il y a deux parties à l'illustre personnage qu'elle représente, sans compter tout ce que j'ai pu apprendre à son sujet depuis le début de la série (parce que je ne choisis pas qui sont mes personnages, ils me l'imposent).

Tout ça a commencé une journée où mon DM a décidé d'essayer un nouveau jeu : World of Darkness. Il fallait que nous nous créions un personnage dans cet univers-là. Un personnage relativement influent/connu/avec une réussite dans sa vue (bref, un personnage qui a déjà entamé sa vie d'adulte). Je ne sais pas pourquoi le nom de Jena Fairchild m'est venu en tête, mais je voulais qu'elle possède un bar. Le nom de ce bar, Le Loup hurleur. Je n'ai plus les stats de Jena, mais pour vous expliquer un peu le système de World of Darkness, elles sont séparées entre : Mental, Physique et Social. Jena avait le Social monté dans le tapis, l'aptitude Striking looks et des contacts dans la police et des réseaux criminels. Dans son bar, il y avait des pratiques illicites qu'elle permettait/encourageait, pour autant que personne n'aille y foutre le bordel.

Aussi, il y avait la façon dont je jouais ce personnage. Je ne dirais pas que je suis une personne calme, mais c'est rarement moi la tête forte qui prend tout en charge et qui fonce dans le tas. Dès que j'ai joué Jena — et nous n'avons fait qu'une seule partie avec ces personnages —, j'ai su qui elle était. Le genre de boss qui donne des ordres et qui va s'en prendre à ceux qui désobéissent. Le genre de personne qui ne se laisse pas marcher sur les pieds, même par un gars qui la surplombe d'une tête et qui fait près du triple de son poids.

Ça, c'était avant qu'elle ait quoi que ce soit de surnaturel, lorsque le personnage n'était qu'une humaine. Avec les contacts qu'elle avait, je voyais déjà Jena comme une personne qui n'a pas de camp. Pas neutre, mais qui va plutôt jouer d'un côté ou de l'autre de la rue. Je ne sais pas pourquoi elle a ce nom-là (ni pourquoi j'ai choisi de l'écrire Jena et non Jenna). C'est comme ça. Ça tête de cochon aussi, c'est comme ça.

La deuxième partie de Jena : la Bête. Au départ, l'une ne venait pas avec l'autre. J'avais l'attitude de Jena, j'avais la Bête, chacune de leur côté. La Bête était attachée à une autre femme, beaucoup moins intimidante que Jena. Elle a changé de nom plusieurs fois (Zaë, Malyssia, Viviane), mais était toujours ce personnage mou, qui se laisser un peu dépasser par les événements. C'était comme ça, jusqu'à ce que j'associe la Bête à Jena.

Le mélange des deux était dangereux. Imaginez une créature sanguinaire ayant beaucoup de mal à se maîtriser, partageant sa vie avec un être infernal se cachant dans son ombre. Déjà là, Jena ne pouvait pas être un personnage « bon ». Le seul métier que je la voyais exercer, c'était un truc du genre de tueur à gages. N'importe quoi de louche et qui crée des bains de sang. Problème : difficile de s'identifier à un tueur. Aussi, un lecteur peut se lasser rapidement des bains de sang, alors il faut toujours faire pire et, honnêtement, après Traqueurs Inc. 3, ce n'était pas quelque chose à quoi je tenais particulièrement. Alors, comment rendre « attachant » un meurtrier?

En commençant depuis le tout début.


Comment Jena a-t-elle rencontré la Bête? Pourquoi a-t-elle commis des actes qui l'ont menée à être l'image que j'avais d'elle depuis le début? Je ne le savais pas moi-même. Et, honnêtement, en écrivant, j'ai été surprise. D'abord parce que j'ai compris dès les premières lignes que ça se passerait dans le même univers que Traqueurs Inc., mais aussi parce que j'ai réalisé qu'elle pouvait me surprendre. Elle a un passé plutôt sombre, et, sincèrement, ce n'est pas comme ça parce que je voulais avoir le personnage le plus «dark» possible. Non. Même de mon point de vue, il y a certaines choses que Jena a vécu que je trouve horribles. Mais c'est ça, son passé. C'est ce qui fait qu'elle aspire au pouvoir au départ, plutôt que de se sentir maudite par son sort. 

Avez-vous des questions au sujet de Jena? Ça va me faire plaisir d'y répondre. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire