samedi 11 janvier 2014

Vous savez, je suis une grande procrastinatrice...

Bon, vous ne le saviez peut-être pas nécessairement, parce que seule une infime partie de mon lectorat me côtoie dans la vie de tous les jours. Mais oui, je vous jure, je traîne souvent à me mettre à la tâche. Comme la plupart des étudiants, je commence mes travaux à la dernière minutes. Il arrive même que je ne fasse pas mes lectures, à l'université (Oui, oui!). Je suis bordélique... Très bordélique.

Seule occasion où la procrastination est moins présente: lorsque j'ai de l'inspiration pour mes romans. Normalement, si je me botte un peu le derrière, il me faut quelques semaines pour écrire un roman (remarque, mes romans sont assez courts, donc c'est imaginable). Seul problème: ces semaines d'écritures sont parfois séparées par des mois de procrastination. (Exemple: j'ai écrit Traqueurs Inc. 3 en trois mouvements: après le salon du livre de l'Outaouais, après le salon du livre de Québec (pendant ma fin de session, oh boy!), après ma session). Traqueurs Inc. 1-2, c'était dans le temps où j'avais peu de vie sociale et beaucoup de temps libre, donc l'écriture se faisait un peu tous les jours.

Donc, comme vous le savez peut-être, en lisant mes publications plus récentes, j'ai commencé un projet en décembre. Je devrais peut-être le garder top secret, puisque je ne suis pas certaine d'où il compte me mener encore, mais bon.

Néanmoins, je tiens tout de même à vous partager ceci:
J'ai amorcé ce projet vendredi le 6 décembre 2013. En date du 11 janvier 2014, la première partie des Sept Péchés de la Bête comporte 100 pages à interligne 1,5, soit 32 000 mots. Pour un roman débuté il y a un peu plus d'un mois de cela, c'est génial!
Certes, cette première partie aura besoin de multiples correctifs (descriptions de lieux, ajouts de scènes, d'autres descriptions, d'explications, je dois changer les temps de verbe parce que j'ai souvent du mal à me fixer entre présent et passé simple (le passé simple risque de gagner ce combat)).

À présent, il est 23:10 et je viens de terminer une scène qui est à peu près au même niveau que certaines scènes que je voulais éviter de refaire dans Traqueurs Inc. Avec de la chance, il n'y en aura pas d'autres comme ça...

Tout ça pour dire: projet très awesome qui s'en vient, j'ai hâte de terminer la première partie, de commencer les corrections, d'écrire la deuxième, la troisième... bref, d'avoir un produit final à faire lire à des gens! ;)

Prochainement (peut-être même à l'instant), je vais tenter de dessiner la Bête, pour vous! ;)

2 commentaires:

  1. Mais nous le sommes tous plus ou moins. Pourquoi faire aujourd'hui, ce que je ferai beaucoup mieux demain ? Heureusement, il ne faut pas que ce soir dans tous les domaines. Pour moi c'est le ménage dans mon bureau. Pourquoi chasser la poussière qui reviendra demain ? Finalement pour écrire la poussière ne me gêne pas...

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Ah, eh bien, pour le ménage du bureau, j'ai toujours bien l'avantage de ne pas avoir de bureau pour travailler, je "m'évache" plutôt sur un divan avec mon portable sur les genoux ;)

      Effacer