vendredi 10 mai 2013

Ah... les concepts difficiles!

Puisque c'est un blog, j'imagine que je peux me permettre d'écrire (à peu près) ce que je veux, sans que ce soit nécessairement relaté à mes livres. Certains évènements récents me donnent envie de rager, parce que je me rends compte qu'à plusieurs reprises les gens crient à la liberté d'expression sans même savoir de quoi il s'agit.

La liberté d'expression est le droit pour toute personne de penser comme elle le souhaite et de pouvoir exprimer ses opinions par tous les moyens qu'elle juge opportun, dans les domaines de la politique, de la philosophie, de la religion, de morale, etc.

Exemple: j'aurais le droit de m'exprimer sur telle ou telle décision du gouvernement Harper.

Mais la liberté d'expression est souvent confondue avec sa cousine, la liberté de diffamation.

La diffamation est l'action de diffamer ainsi que le résultat de cette action. (Ah, les bonnes vieilles définitions circulaire... -.- )
Le verbe diffamer signifie affirmer ou alléguer quelque chose qui est de nature à porter atteinte à l'honneur, à la réputation, à la considération de quelqu'un ou d'une collectivité.

Exemple: (pour reprendre celui de plus haut) ce serait de la diffamation de dire que Harper bande mou.
(J'ai ici pris un exemple politique parce que c'est sur ce sujet que j'entends le plus chialer)

Une autre façon de voir le concept est dans la force de l'argumentation. Si une personne parlant au nom de la liberté d'expression arrive à défendre son idée à l'aide d'arguments fondés, d'exemples... bref, on comprend, c'est une belle utilisation de ce droit fondamental. À l'opposé, si le seul argument que le diffamateur trouve pour empêcher son opinion de s'écrouler dès le premier avis contraire est d'insulter son opposant et de rabaisser tout ce qu'il peut entraîner dans sa chute... diffamation, évidemment!

Cependant, avec l'Internet, on se sent en sécurité tout le couvert de la quasi-anonymat. Alors on se dit qu'au pire on n'aura jamais affaire avec l'autre personne. C'est bien, dans un sens, sauf que c'est tellement plus facile de tomber dans les insultes sur l'émotionnel (ou juste pour le fun, parce qu'il y a des gens comme ça) que de prendre le temps de retourner sa langue sept fois avant de parler (ou prendre le temps d'écrire à deux doigts pour être certains d'avoir le temps de réfléchir à ce qu'on tape).

Quand je vois ou que je suis ciblée par des trucs du genre, je garde le silence. Pas parce que j'ai peur de répondre. Simplement parce que je sais que le mur à des chances de trouver une réponse plus intelligente. You can't win an argument on the Internet. C'est inutile. Je préfère essayer d'apprendre à mon chat comment donner la pa-patte.

(Here, une photo de mon chat, qui a l'air très motivé à l'idée de me donner la patte!)

__________________________
Par rapport à mes livres et à ce blog:

- Que vous ayez aimé mes romans ou non, vous avez le droit de me faire part de vos commentaires constructifs.
- Si vous avez adoré Traqueurs Inc. vous avez le droit et êtes même encouragés à rejoindre le groupe et la page facebook pour avoir les dernières nouvelles de mes projets! ;) 
- Si vous avez absolument détesté mes livres, vous avez le droit de ne plus me lire et de les jeter dans le feu (ou les revendre, au choix).
     - Ce n'est pas parce que vous n'avez pas aimé mes livres qu'on ne s'entendrait pas bien, donc si vous avez quelque chose de personnel contre moi, faites m'en part de façon personnelle! Personne n'aime se faire insulter par quelqu'un qu'il ne connaît pas alors qu'il ignore la cause de l'insulte!


Merci de votre attention sur ce billet de rage personnelle! :D Bonne soirée!

M
  E
   D

Aucun commentaire:

Publier un commentaire